Liens vers les sites

Préfecture de la Sarthe

Département

Communauté de Communes

Lien vers le Film sur la

CdeC Maine 301

Environnement et Biodiversité

La biodiversité est essentielle à notre survie.

 

 

La nature, c’est notre patrimoine commun et notre capital pour l'avenir, qui doit être protégé, protéger la nature parce que la nature nous protège.

 

C’est la nature qui nous nourrit grâce à l’agriculture et nous fournit en eau potable, c’est de la nature que nous tirons notre énergie et les matériaux essentiels pour nous loger, pour notre économie.

 

 

Le rôle des pollinisateurs et notamment des abeilles ne se cantonnent pas à la pollinisation des plantes mais assurent un rôle de production alimentaire et sont un atout pour le maintien de la biodiversité. La protection des pollinisateurs est donc essentielle dans les agro-éco-systèmes.

 

 

Par une belle journée ensoleillée, n’avez-vous jamais contemplé le ballet incessant d’insectes volant de fleur en fleur ? Attirés par la forme, la couleur, l’odeur des fleurs, abeilles, papillons, mouches et autres insectes floricoles viennent prélever le nectar ou le pollen. En volant de fleur en fleur, ces insectes nous rendent gracieusement un service vital : ils transportent involontairement le pollen d’une fleur jusqu’à une autre fleur et assurent ainsi la pollinisation de nombreux végétaux.

 

 

Les auxiliaires biologiques : nos alliés contre les nuisibles

 

Le jardin est un véritable écosystème.

Apprenons à maintenir l’équilibre entre animaux, végétaux, micro-organismes… pour des plantes en bonne santé et un jardin plein de vie !

 

 

Favoriser l’accueil ou le maintien d’auxiliaires dans le jardin est le premier pas de la lutte biologique. On l’appelle la lutte biologique passive pourtant bien active au niveau du jardin.

 

Les auxiliaires sont des animaux qui se nourrissent ou parasitent les ennemis de nos cultures. Le hérisson et le carabe doré mangent les limaces ; la larve de coccinelle se régale de pucerons ; les araignées, les oiseaux, crapauds et autres musaraignes apportent une aide précieuse au jardinier. Il faut donc chercher à préserver et attirer ces auxiliaires car leur présence permet de réguler les populations de ravageurs.

 

Les auxiliaires naturellement présents ne peuvent empêcher certaines infestations de ravageurs. Le jardinier peut alors intervenir en optant pour la lutte biologique “active”, c’est-à-dire en introduisant  lui-même des auxiliaires, on parle alors de protection biologique intégrée (PBI).

 

(Source: Ministère de l'environnement)